Paris Nice – #17 Comment rester chanceux après tout ça ?

Chanceux mais pas que !

Et c’est reparti !

Après une bonne journée de repos. On reprend la route avec le soleil, et on sent qu’il est là pour durer. Qui plus est, on entend de plus en plus l’accent du sud. Ça réchauffe le cœur tout ça.

Première pause déjeuner dans la ville de Donzère. On tente une boulangerie, allez on se motive (Je vous rappelle que l’objectif c’est Paris/ Nice à vélo, sans dépenser d’argent).

On ressort de là, les bras chargés de nourriture. 4 sacs plastiques, remplis de pizzas…

Chanceux

On est vraiment chanceux, mais on a aussi l’impression de « gérer » de plus en plus. On a le Mojo quoi. On a vraiment confiance en ce qui pourrait advenir pour la suite de l’aventure.

On passe la suite de la route à lutter contre des vents contraires, des routes non bétonnées qui nous obligent à continuer de longs moments à pieds. Le soleil est là et on rigole bien, mais c’est vrai qu’on rêve aussi de plage.

France à vélo

Mine de rien, il est déjà 16h passées quand on arrive à Orange. C’est alors là qu’on décide de passer la nuit. Et c’est reparti :

  • « Bonjour, on peut dormir chez vous ce soir… ?
  • Non
  • Non
  • Non

Bon, ce n’est toujours pas gagné. Entre temps on arrive à trouver quelques viennoiseries dans des boulangeries. Puis…

Voyageurs profiteurs et chanceux… mais un peu con

Alors ça, il faut que je vous le raconte entièrement. Pour vous mettre dedans, je dois vous dire que ma personnalité c’est : je ne veux pas déranger ! (Paradoxalement à cette aventure).

Donc…

On croise une fille à qui on demande de nous héberger. Jusqu’ici tout va bien.

  • « Euh… je ne sais pas trop, je n’ai pas trop l’habitude…
  • On n’est pas dangereux, en plus je suis blogueur (en montrant les t-shirts et l’adresse du site) tu peux aller vérifier…
  • Je ne sais pas…
  • Tu sais quoi. Nous de toute façon on va continuer à chercher ici. Si tu veux on te laisse notre numéro, et qui sait, si tu changes d’avis, tu nous contactes ?!

Donc on échange les numéros, on échange deux, trois mots. Elle nous dit finalement :

  • Venez à la maison.

Moi :

  • Oh… te déranges pas, on va chercher encore… »

WTF ?

On repart tranquillement.

arène orange

Après une bonne discussion pour m’expliquer que j’avais merdé (après 1h), je comprends enfin. Autant je suis vachement sympa, autant je peux être vraiment con.  : )

Bref, on la rappelle et on passe une super soirée. Elle nous paye une pizza, nous fait une bonne salade et tout ça devant le match de foot.

…Mais chanceux quand même.

chanceux bon appétit

Bonne nuit,

Roman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *