Paris Nice – #18 Un long voyage à vélo, mais pas que

La fin de notre voyage à vélo

 

Réveil… pas trop tôt. On se prend un super petit-déjeuner chez notre hôte. En discutant à table on se dit en toute simplicité :

  • « Et si on finissait en stop ? »

Le truc complètement inattendu. Ça fait tellement longtemps qu’on attend de voir la mer, j’ai l’impression. On se dit que ça fait partie de l’aventure. Ok c’est vendu. Ce n’est pas gagné, mais ce soir on est à Nice, c’est notre objectif. La fin du voyage à vélo, oui, de l’aventure, non.

La personne qui nous a accueillis veut bien nous garder les vélos jusqu’à notre retour. Bref, tout s’emboite parfaitement. On prend les sacs et direction, l’entrée de l’autoroute. C’est la première fois que je fais du stop, je suis trop content, en tout cas pendant la première heure…

 

Les français toujours au top !

Donc, après un peu plus d’une heure, un automobiliste nous accompagne gentiment jusqu’à une aire d’autoroute vers Avignon. On se dit que c’est une ville plus grande et qu’il y aura plus de possibilités.

Merci

20160618_173931

Puis… allez, 15 min après ; un conducteur qui accepte de nous accompagner jusqu’à une autre grande aire d’autoroute vers Salon-de-Provence. On va en profiter pour demander à manger. Un super moment en voiture.

20160618_183243

Ok, donc sur les aires d’autoroute pour se nourrir gratuitement, c’est mort.

On se remet à la recherche de quelqu’un qui pourrait nous avancer. Après 3 essais, direction Aix-en-Provence. Petit à petit…

20160618_192332

Et là par contre, on commence à désespérer un peu. Non seulement on vient de se rendre compte que, ayant prévenu au dernier moment nos contacts à Nice, ça va être super dur de trouver un hébergement ce soir, mais en plus, personne ne semble vouloir nous prendre en stop ici ; la nuit ne va pas tarder qui plus est.

Mais oui la vie est bien faite. On finit la route avec des gens extraordinaires qui devaient nous déposer à Cannes mais ont finalement décidé de nous amener jusqu’à Nice.

Parti à vélo arrivés en BM.

On est comme des fous.

 

C’est la fin alors ?

Alors oui, je vais vous raconter comment c’est fini la soirée. Mais, je ne sais pas comment retranscrire ça à l’écrit, j’ai envie de faire une pause avec vous sur tout le voyage et tout ce qu’on a vécu comme expérience…

voyage à vélo

La mer

 

Bah non !

Bien, donc, nulle part où dormir pour la nuit. On visite la ville en attendant de trouver une solution. Enormément de supporters dans les rues, et il faut avouer que ce soir ce sont les espagnols qui mettent l’ambiance. C’était pourtant hier leur match. On en conclut qu’ils doivent faire la fête depuis hier.

Petite parenthèse, mon Dieu qu’il y a de la petite à Nice…

On décide de continuer en mode aventuriers.

  • « Bonsoir, nous n’avons nulle part où dormir… »

 

À 3h du matin, on doit se rendre à l’évidence. Je crois qu’on ne va pas trouver.

Mais soudain, l’illumination.

  • « On est arrivés à Nice. On a qu’à se payer une chambre maintenant qu’on a fini. »

Ouais ce n’est pas con. C’est chiant de payer pour dormir, mais on estime aussi l’avoir mérité.

Et voilà, Paris / Nice. Une aventure de folie. Très sincèrement, on savait très bien que ce voyage nous marquerait, mais là… et c’est ça le plus beau aussi. À vivre au jour le jour, t’as pas vraiment d’attente pour le lendemain, et c’est surement dans ces moments-là que tu es le plus ouvert et réceptif à tous les cadeaux de la vie.

On reste à Nice encore 3 jours (pour la fête de la musique). Je vous fais un compte-rendu pour les 3 jours restants.

Tcho !

Roman

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *